Une question de temps

Novembre 2017

NaNoWriMo arrangé : une nouvelle par jour pendant un mois

« Madame, Monsieur,

Je vous adresse ce courrier pour vous faire part de ma décision de mettre fin à mon abonnement. Je vous saurai donc gré de cesser tout prélèvement sur mon compte dès réception de la présente lettre.

Adepte de vos services depuis maintenant quinze longues années, je ne peux que déplorer les dégradations constatées ces derniers mois. Outre l’augmentation hallucinante des tarifs, les expéditions sont de moins en moins fiables, les dates ne sont plus respectées. Voyager avec vous est devenu dangereux.

Pour ma part, je n’ai pas eu à subir de désagréments majeurs (si l’on exclue, bien entendu, la déception de ne pas arriver à la destination espérée). J’avais prévu un voyage à Paris en 1854 et je me retrouve à Londres en 1961. Après tout, admettons.

En revanche, de bons amis à moi voulaient se payer des vacances agréables dans l’Antiquité romaine et ont atterri au beau milieu de la révolution française ! Faire courir de tels risques à des voyageurs inexpérimentés est tout simplement intolérable !

Nous aimions partir en famille à la découverte des siècles et des régions. C’était là un complément à leurs cours que les enfants appréciaient beaucoup. Cette ouverture au monde était un privilège pour eux. Mais aujourd’hui, dans les circonstances actuelles, quel parent oserait emmener sa progéniture en voyage ? Alors même que nous risquons de nous retrouver sous la bombe d’Hiroshima ou le black-out londonien !

Je suis profondément déçu qu’un établissement de votre réputation se permette un tel laisser-aller. Je renouvellerai donc avec plaisir mon abonnement le jour où des erreurs aussi grossières ne seront plus tolérés.

En vous souhaitant une bonne journée, je vous assure, Madame, Monsieur, de l’espoir que je place en votre société et en ses améliorations futures. »

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now